Nobelprize.org
Nobel Prizes and Laureates


The Nobel Prize in Literature 1952
François Mauriac

Share this:
English
French

Banquet Speech

Le discours de François Mauriac au banquet Nobel à l'Hôtel de Ville de Stockholm 10 Décembre 1952.

Sire, Madame, Altesses Royales, Mesdames et Messieurs

Le dernier sujet que devrait aborder ce soir l'homme de lettres que vous glorifiez, c'est lui-même, il me semble et c'est son œuvre. Mais comment dé­tournerais-] e ma pensée de cette œuvre et de cet homme, de ces pauvres his­toires et de ce simple écrivain français qui, par la grâce de l'Académie suédoise, se trouve tout à coup chargé et presque accablé d'un tel excès d'honneur? Non, je ne crois pas que ce soit la vanité qui me pousse à considérer ce qui, depuis mon obscure enfance, m'a conduit par un long cheminement jusqu'à cette place que j'occupe, ce soir, au milieu de vous.

Ce petit monde d'autrefois qui revit dans mes livres, ce coin de province française très peu connu des Français eux-mêmes et où s'écoulaient mes vacances d'écolier, je n'imaginais pas, quand j'ai commencé à les décrire, que cela pût retenir l'attention de lecteurs étrangers. Nous nous croyons toujours très singuliers; nous oublions que les livres qui nous ont enchantés nous-mêmes, ceux de George Eliot ou de Dickens, de Tolstoï ou de Dostoïeski, ou de Selma Lagerlöf, décrivent des pays très différents du nôtre, des êtres d'une autre race et d'une autre religion; et pourtant nous ne les avons aimés que parce que nous nous y sommes reconnus. L'humanité tout entière tient dans ce paysan de chez nous, et tous les paysages du monde dans l'horizon familier à nos yeux d'enfant. Le don du romancier se ramène précisément au pouvoir de rendre évidente l'universalité de ce monde étroit où nous sommes nés, où nous avons appris à aimer et à souffrir.

Que le mien ait paru si sombre à tant de mes lecteurs en France et hors de France, oserai-je dire que je m'en suis toujours étonné. Les mortels, parce qu'ils sont mortels redoutent jusqu'au nom de la mort; et ceux qui n'ont jamais aimé ni été aimés, ou qui ont été abandonnés et trahis, ou qui ont poursuivi en vain un être inaccessible, sans même donner un regard à la créature qui les poursuivait eux-mêmes et qu'ils n'aimaient pas, ceux-là aussi s'étonnent et se scandalisent de ce qu'une œuvre romanesque décrit la solitude des êtres au sein de l'amour même. «Dites-nous des choses qui nous plaisent», disaient les Juifs au prophète Isaïe. «Trompez-nous par des erreurs agréables ...»

Oui le lecteur exige que nous le trompions par des erreurs agréables. Et pourtant les œuvres qui sont demeurées vivantes dans la mémoire des hommes, sont celles qui ont assumé le drame humain tout entier et qui ne se sont pas dérobées devant l'évidence de la solitude sans remède au sein de laquelle chacun de nous a dû affronter son destin jusqu'à la mort, cette solitude dernière, puisqu'enfin nous mourrons seul.

Tel est le monde décrit par un romancier qui n'a pas d'espérance. Tel est le sombre monde où nous entraîne votre grand Strindberg; tel aurait été le mien si, à peine éveillé à la vie consciente, je n'avais été possédé par une immense espérance. Elle perce d'un trait de feu les ténèbres que j'ai décrites. Ma couleur est noire et on me juge sur ce noir, non sur la lumière qui la pénètre et qui sourdement y brûle. Chaque fois qu'en France une femme tente d'empoisonner son mari ou d'étrangler son amant, on me dit: «Voilà un sujet pour vous ...» Je passe pour tenir une sorte de musée des horreurs. Je suis spécialisé dans les monstres. Et pourtant mes personnages se distinguent sur un point essentiel de presque tous ceux qui peuplent les œuvres romanesques, de ce temps: ils pressentent qu'ils ont une âme; dans cette Europe d'après Nietzsche où continue de retentir le cri de Zarathoustra: «Dieu est mort!» et qui n'a pas fini d'en épuiser les effroyables conséquences, toutes mes créatures ne croient peut-être pas que Dieu est vivant, mais elles ont toutes conscience qu'une part de leur être connaît le mal, et pourrait ne pas le commettre. Elles savent ce qu'est le mal. Elles ont toutes ce sentiment obscur que leurs actes les engagent, et qu'il retentissent dans d'autres destinées.

Pour mes héros, si misérables qu'ils soient, vivre c'est avoir l'expérience d'un mouvement infini, d'un dépassement indéfini d'eux-mêmes. Une humanité qui ne doute pas que la vie ait une direction, qu'elle a un but, ne saurait être une humanité désespérée. Le désespoir de l'homme moderne est né de l'absurdité du monde - son désespoir et aussi sa soumission aux mythes de remplacement: l'absurde livre l'homme à l'inhumain. Lorsque Nietzsche constatait la mort de Dieu, il annonçait du même coup les jours que nous avons vécus et ceux que nous avons encore à vivre où l'être humain vidé de son âme, et donc frustré d'une destinée personnelle, devient cette bête de somme plus maltraitée par les nazis et par tous ceux qui usent aujourd'hui des méthodes nazies que ne sont les bêtes de somme; car un cheval, un mulet, un bœuf, a une valeur mar

chande, mais de la bête humaine, qu'on se procure sans frais aucun, grâce à un système d'épuration bien réglée, il n'y a rien à tirer que du rendement, jusqu'à ce qu'elle crève. Tout écrivain qui a maintenu au centre de son œuvre la créature humaine faite à l'image du Père, rachetée par le Fils, illuminée par l'Esprit, je ne saurais voir en lui un maître de désespoir, si sombre que soit sa peinture.

Car il reste que sa peinture demeure sombre. C'est que pour lui la nature de l'homme est blessée sinon corrompue. Il va de soi que l'histoire humaine racontée par un romancier chrétien ne surait relever de l'idylle, puisqu'il lui est interdit de se dérober devant le mystère du mal.

Mais être obsédé par le mal, c'est l'être aussi par la pureté, par l'enfance- Je m'attriste de ce que les critiques, les lecteurs trop pressés ne voient pas la place que l'enfant occupe dans mes histoires. Un enfant rêve à la clef de tous mes livres, et les amours enfantines n'y manquent pas, et les premiers baisers, et la première solitude, tout ce que j'ai chéri dans la musique de Mozart. On voit les vipères de mes romans, on ne voit pas les colombes qui y nichent aussi dans plus d'un chapitre, parce que chez moi l'enfance est le paradis perdu et qu'elle introduit au mystère du mal.

Le mystère du mal ... Il n'existe pas deux manières de l'aborder: nous devons nier le mal, ou l'assumer tel qu'il se manifeste en nous et hors de nous dans notre propre histoire, celle de nos passions, et dans l'histoire extérieure, celle que la volonté de puissance des Empires écrit avec le sang des hommes. Qu'il existe entre les crimes individuels et les crimes collectifs un lien étroit, je l'ai toujours cru, - et le journaliste que je suis ne fait que déchiffrer au jour le jour, dans l'abomination quotidienne de l'histoire politique, la conséquence visible de l'histoire invisible qui se déroule au secret des cœurs. Que le mal soit le mal, nous payons assez cher pour nous rendre à cette évidence, nous qui vivons sous un ciel où la fumée des crématoires rôde encore. Nous les avons vus, sous nos yeux, dévorer des millions d'innocents et jusqu'à des enfants. Et a mlms histoire continue. Le système concentrationnaire s'enracine profondément dans de vieux pays où le Christ a été aimé, adoré et servi durant des siècles; nous regardons avec terreur se contracter sous notre regard, comme la peau de chagrin du roman de Balzac, l'espace de terre où l'homme jouit encore des droits de l'homme, où l'esprit humain demeure libre.

N'imaginez pas surtout que, croyant, je feigne de ne pas voir l'objection que la présence du mal sur la terre oppose à la croyance. Pour le chrétien, le mal demeure le plus angoissant des mystères. L'homme qui, au milieu des crimes de l'histoire, persévère dans la foi, se heurte à ce scandale permanent: l'inutilité

apparente de la Rédemption. Les explications raisonnables des théologiens touchant la présence du mal ne m'ont jamais persuadé, si raisonnables qu'elles soient, et justement parce qu'elles sont raisonnables. La réponse qui nous échappe relève d'un ordre qui n'est pas celui de la raison mais de la charité. Réponse qui tient tout entière dans l'affirmation de Jean l'Evangéliste: «Dieu est amour.» Rien n'est impossible à l'amour vivant, pas même de tirer tout à lui, et cela aussi est écrit.

Pardonnez-moi de soulever un problème qui, de génération en génération, a suscité tant de commentaires, de disputes, d'hérésies, de persécutions, de martyrs. Mais enfin c'est un romancier qui vous parle, celui que vous avez préféré à tous les autres; c'est donc que vous attachez quelque prix à ce qui a été son inspiration. Eh bien! il vous atteste que ce qu'il a décrit à la lumière de sa foi et de son espérance n'a pas contredit l'expérience de ceux de ses lecteurs qui ne partagent ni son espérance ni sa foi. Pour prendre un autre exemple, nous constatons que sa vision chrétienne de la vie ne déconcerte pas les ad-mirateurs agnostiques de Graham Greene. Chesterson a noté que lorsqu'il se passe quelque chose d'extraordinaire dans le christianisme, c'est toujours finalement que quelque chose d'extraordinaire y correspond dans la réalité. Si nous nous arrêtions sur cette pensée, nous y découvririons peut-être la raison de l'accord mystérieux qui s'établit entre une œuvre d'inspiration catholique comme celle de mon ami Graham Greene, et l'immense public déchristianisé qui dévore ses livres et qui chérit ses films.

Oui, un immense public déchristianisé ! Selon André Malraux: »La révolution joue aujourd'hui le rôle que joua autrefois la vie éternelle». Et pourtant, si le mythe, était précisément la révolution? et si la vie éternelle était l'unique réalité?

Quelle que soit notre réponse, nous nous accorderons tous sur un point: cette humanité déchristianisée demeure une humanité crucifiée. La conformité de la croix à la souffrance des hommes, quelle puissance au monde pourra jamais la détruire? Même votre Strindberg, qui est descendu jusqu'à l'extrême fond de l'abîme d'où le psalmiste a poussé son cri, oui, Strindberg lui-même a voulu, que fût gravée sur sa tombe une seule parole, la parole qui suffit à elle seule pour ébranler et pour forcer les portes de l'éternité: O CRUX AVE SPES UNICA. Lui aussi, c'est à l'abri de cette espérance, c'est à l'ombre de cet amour qu'il se repose d'avoir tant souffert. Et c'est en son nom que votre lauréat vous prie de lui pardonner ces propos trop personnels et qui rendent peut-être un son trop grave. Mais pouvait-il mieux faire, en échange des honneurs dont vous le comblez, que de vous ouvrir non seulement son cœur mais son âme, et puis qu'il vous a livré à travers ses personnages le secret de son tourment, il vous devait bien aussi de vous introduire, ce soir, dans le secret de sa paix.

From Les Prix Nobel en 1952, Editor Göran Liljestrand, [Nobel Foundation], Stockholm, 1953

 

Copyright © The Nobel Foundation 1952
Share this:
To cite this page
MLA style: "Le discours de François Mauriac au banquet Nobel à l´Hôtel de Ville de Stockholm 10 Décembre 1952". Nobelprize.org. Nobel Media AB 2014. Web. 24 Jul 2014. <http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/literature/laureates/1952/mauriac-speech-french.html>

Recommended:

Which Nobel Laureates are hidden within the maze of letters?

 

All you need to know about the Literature Prize!

 

Read about Alfred Nobel's Will and the Literature Prize.