Nobelprize.org
Nobel Prizes and Laureates


The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1913
Charles Richet

Share this:

Banquet Speech

Charles Richet's speech at the Nobel Banquet in Stockholm, December 10, 1913 (in French)

Altesses Royales, Mesdames et Messieurs,

La première pensée de ceux que vous avez honorés de cette haute récompense (assurément la plus glorieuse qu'un savant puisse recevoir), c'est un sentiment de reconnaissance, si profond, si dominateur, qu'il envahit tout, et ne laisse guère place à d'autres idées.

Merci donc au généreux citoyen de votre généreux pays, qui a voulu, par ce témoignage éclatant, enseigner au monde qu'il y a, pour tout homme vraiment digne d'être homme, un triple idéal: de poésie, de science, et de paix. La science, c'est la vérité; la poésie, c'est la beauté; la paix, c'est la justice. Vérité, beauté, justice, mots sonores et retentissants, qui émeuvent ce qu'il y a de meilleur dans l'âme humaine.

Même il semble qu'en donnant à la science cette place prééminente, le grand Alfred Nobel ait merveilleusement compris le rôle de la science dans les destinées de l'homme. Nous sommes des êtres infimes et infirmes; nous nageons dans un océan de ténèbres. Partout, dans ce vaste univers, inconnu et inhumain, qui nous environne et nous écrase, l'obscurité et la nuit. Mais soudain la science nous révèle quelque fait imprévu; et, à cette pâle lueur qui s'allume, aussitôt quelques misères humaines s'apaisent; l'avenir devient moins incertain, et les choses présentes moins douloureuses.

Si la science n'était pas là pour nous faire entrevoir quelques espérances, il n'y aurait pas de raison à la vie. Voilà ce que Nobel nous fait entendre en ce jour solennel. Voilà ce que désormais le monde entier doit comprendre, grâce à lui.

Laissez-moi, pour terminer, vous dire encore que le grand honneur qui m'est fait, je le reporte tout entier sur cette chère Université de Paris, Alma mater, dont je suis doublement l'enfant. Aujourd'hui des Universités brillantes, fécondes en maîtres illustres et en élèves laborieux, riches en bibliothèques, en musées, en laboratoires, couvrent le monde civilisé, et sont la civilisation même, nulle part plus qu'en votre noble pays de Suède, Messieurs, dans le pays des Rudbeck et des Scheele, des Berzelius et des Linné, des Arrhenius et des Nordenskjöld. Mais il y a neuf cents ans, l'ignorance, comme un voile noir, s'étendait sur toute l'Europe. Alors s'est élevée la première Université, celle de Paris, et sur la montagne Sainte-Geneviève s'est allumé un premier flambeau, qui ne devait pas s'éteindre.

Au nom de l'antique Université de Paris, merci encore. Merci d'avoir compris que la science est la puissante et pacifique conquérante du monde de l'esprit, et le grand espoir de toute l'humanité.

From Les Prix Nobel en 1913, Editor Carl Gustaf Santesson, [Nobel Foundation], Stockholm, 1914

 

Share this:
To cite this page
MLA style: "Charles Richet - Banquet Speech". Nobelprize.org. Nobel Media AB 2013. Web. 23 Apr 2014. <http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/medicine/laureates/1913/richet-speech.html>

Recommended:

Try to save some patients and learn about human blood types!

 

All you want to know about the Medicine Prize!

 

Read more about the Medicine Prize during the past century